Daniel et Denise

DANIEL ET DENISE – LYON – FRANCE

Direction Lyon, la “Sainte Patrie des épicuriens” ! On y trouve des restaurants typiques, connus sous le nom de bouchon, qui proposent des spécialités locales, une cuisine canaille où l’on ne doit pas regarder aux calories… Pour vous assurer d’aller dans un “vrai de vrai”, L’association Les Bouchons Lyonnais (chaque membre a une plaque comme celle ci-dessus sur sa devanture) a pour but de sauvegarder et péreniser cette tradition culinaire lyonnaise. Aujourd’hui, direction une des plus emblématiques adresses de la ville, Daniel et Denise. Deux restaurants : un dans le vieux Lyon et celui où tout a commencé, rue Créqui. C’est ici qu’une table est réservée. Et, comme quoi la gastronomie peut nous réserver des surprises, le maître des lieux, Joseph Viola, est MOF. On ne les trouve donc pas que dans les étoilés !

Ce chef, hors du commun, et son épouse Françoise ont acquis la belle adresse en 2004. La première impression est sympathique, les nappes à carreaux et les verres ballon donnent le ton. La carte arrive et là les soucis commencent. En effet, comment faire un choix quand il y a tant de tentations ? Et pourtant, il faut bien que je me décide. Fan de toujours de celui qui, aujourd’hui, a le vent en poupe, en entrée, je ne peux résister au pâté en croûte au foie gras de canard et ris de veau, élu champion du monde en 2009, s’il vous plaît ! Pour le service c’est comme pour l’assiette, convivial. Pour accompagner ce qui m’attend, le choix du vin est opéré par le sommelier qui opte pour une très bonne bouteille qui trouvera sa place sur tous les plats. 

C’est parti. Le pâté en croûte m’horripile car je ne pourrais jamais plus en manger d’autres, il est juste parfait. S’en suit, une spécialité propre à Joseph Viola, l’omelette du curé aux écrevisses. On pourrait croire à une quenelle, de prime abord, mais il n’en est rien. C’est aérien, la sauce aux écrevisses accompagne l’ensemble à merveille, ça passe tout seul ! Ayant peut-être eu plus grands yeux que grand ventre, tant pis… arrive celle pour laquelle je suis prête à faire des kilomètres (la preuve, je viens jusqu’à Lyon), la quenelle de brochet et sa sauce Nantua. En la matière, je suis très difficile. Elle doit être serrée mais aérienne, bien gonflée et dodue et la sauce Nantua ne doit pas être trop forte. Au final, en bouche la quenelle doit être légère, le goût de brochet marqué et la sauce un complément parfait à tout ceci. C’est nickel, on y est, je me régale !

Pour le dessert, on verra une autre fois ! Voilà en quelques mots ce qu’est une expérience dans un vrai bouchon lyonnais. Si vous aimez, gardez cette adresse sous le coude, depuis 15 ans, elle est courue et ce n’est pas un hasard. Si vous êtes aussi gourmand(e) que moi et que vous y allez pour le déjeuner, prévoyez d’aller vous balader dans cette belle ville de Lyon par la suite, une marche digestive est conseillée.

Les + : C’est un vrai bouchon lyonnais. La carte est très diversifiée. Les produits sont nobles. On est chez un MOF. L’ambiance, le décor et l’accueil sont chaleureux. 

Les – : Si on cherche à manger léger et peu calorique, ce n’est pas l’adresse la plus conseillée. ll faut anticiper pour s’y rendre et réserver sinon rien ne vous assure d’avoir une table.

L’adresse : 156 rue Créqui, Lyon 3ème – France

Le site : danieletdenise.fr

Pour découvrir les nouveautés dès leur parution, rien de plus simple qu’un clic…